Frisson sauvage

Piscine fluviale protégée au Ngepi Camp – Namibie

Une piscine pour se baigner dans le fleuve Okavango, infesté de crocodiles et d’hippopotames.

Belle idée que cette sorte de “cage anti requins” pour barboter paisiblement…

Mais à trop observer le comportement irresponsable et prédateur des rares touristes que je croise, l’idée parfois m’effleure de faire un trou dans le grillage immergé qui protège les sud-africains repus de junk food, des animaux affamés et légitimes dans ce milieu ensauvagé…

Puis m’assoir tranquillement sur la terrasse en sirotant un dry martini (twisted not shaked 🙂 et compter les points. L’exercice déterminera qui est le veritable prédateur de l’autre, et qui est, au final, le plus utile à l’écosystème …;-)

Et comme dirait René Char pour conclure cette pensée délétère pour l’humanité mais salvatrice pour la faune namibienne:

« J’aime l’homme incertain de ses fins comme l’est, en avril, l’arbre fruitier. »

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s