Ciel mon mardi !

« Pour qu’un ciel flamboie, le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas ? », chantait l’artiste.

J’ai assisté hier en fin de journée, dans les rues de Gaborone, puis sur une terrasse panoramique m’offrant une place à l’orchestre, à un festival inouï de couleurs, de formes, d’humeurs dans ce ciel du Botswana. 

Jamais vu une telle concentration de beauté émanant de phénomènes nuageux, malgré les heures à contempler les cieux sous toutes les latitudes. Un chapelet d’orages localisés dissimulait sans doute la présence de Dieux courroucés, qui se livraient à une joute picturale, comme des garnements qui jetteraient des pots de peinture sur une toile bleu pâle. 

De vastes nuées incandescentes disputaient le ciel à des nuages immobiles, manifestant leur humeur électrique. Des roulements de tambours parvenaient de tous les horizons. La nuit s’avançait avec ses hordes de lourds nuages provenant de l’Orient ténébreux. A l’ouest, les traces vaporeuses de la belle journée fuyaient sous la protection du soleil, visiblement lassé de ces chamailleries éthérées. Des écharpes de lumières s’effilochaient dans le lointain, avec l’espoir de demander l’asile politique à la Namibie voisine. 

Si je n’eus qu’un seul regret, ce fut de ne pas être dans le désert ou dans le bush pour contempler ce défilé aérien, avec une vue à 360 degrés et dans un silence absolu afin d’accueillir ce show du tonnerre de Dieu! 

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

2 commentaires sur « Ciel mon mardi ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s