A sa juste place

Quand tu arpentes les confins du monde

Et pars explorer des territoires insoupçonnables,

Sur la seule foi d’un sourire ou pour le tison de vie que tu vois incandescent au fond d’un regard,

Quand tu choisis, contre toute raison, le voyage comme seul mode de vie et t’imposes comme unique compagnon de voyage, l’homme que tu veux être à jamais,

En découvrant que le silence est ton écrin fécond et pas le triste linceul qui effraie tes semblables,

Quand au fil des jours et dans le lent écoulement des kilomètres, tu puises dans chaque rencontre, dans l’eau fraîche de toutes ces conversations ce qui deviendra ta raison d’être et ton plus beau dividende,

Et lorsque tu pars à l’aventure sur un chemin de montagne escarpé, incertain et chaotique, avec comme seule assurance un « bonne chance » et une claque dans le dos,

Mais que tes guides sont un cheval sauvage te faisant escorte, deux baudets sidérés de te voir si haut et une armée de chèvres médusées s’arrêtant de brouter, 

Tu te dis que rien ne peut t’arriver que tu n’aies courageusement mérité, et que tu es là où ta vie doit te mener : au croisement étincelant entre une volonté et un destin.

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s