Journée porte ouverte

Journée porte ouverte…

Après avoir entendu, durant tant d’années, cette injonction brutale: « Prenez la porte! », j’ai fini par faire mienne cette expression et sauter sur toutes les occasions pour prendre la poudre d’escampette!

Je remercie tous ceux qui m’ont glissé ce conseil avisé, qu’ils déclamèrent comme une sentence!

Je profite de mon séjour à durée indéterminée dans le plus joli village du monde, Barichara, pour prendre toutes les portes que je peux et me défiler, avec le plus grand bonheur, sur les chemins de traverse. Un florilège de portes, souvent plus ouvertes que fermées, sur la gentillesse de ses habitants, sur leur sourire déguisant un « Buenos días », leur regard sincère tenant la main d’un « Buenas tardes » ou d’une invitation en désuétude dans d’autres contrées du monde: « Por favor, entra! »

Dans ce pays qui a connu toutes les violences, on sait jauger le premier venu et on connaît le prix du pardon, de la main tendue, du geste de politesse. Barichara est une leçon de vie, un insondable coup de cœur, une invite à tous les huissiers et censeurs du monde à reconsidérer l’accueil et la notion d’expropriation. 

Cette série infatigable de portes sublimes n’est que l’échantillon de rencontres magnifiques, d’une douceur de vivre où l’accueil du voyageur est une politesse pour soi-même et une promesse d’enseignement, de partage ou de rires à partager.

Prenez la porte est une mauvaise nouvelle en occident. En Colombie, c’est un voyage coloré, un visa pour l’image, une occasion d’entrebâillement vers un monde inconnu. 

Ce village est ce que j’ai vu de plus accueillant dans ma vie. Une envie d’y revenir bien vite car le voyage que je me suis promis doit continuer, coûte que coûte… Mais il est certain, que cette Colombie, que l’on prend du haut de notre prétention et de notre gloire déchue, pour un « pays émergent » a tout à nous apprendre sur le futur de l’humanité, la préservation de la nature et de ce lien si nécessaire que savent parfois tisser des inconnus pour vivre en paix. 

Dorénavant, je prendrai toutes les portes du monde car je sais que derrière, m’attend un inconnu, un frère, une belle ou une simple phrase pleine de lumière! 

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s