Un pour tous, tous pour un !

Ces mots n’ont d’autre vocation que de conserver et me remémorer les émotions vécues dans des lieux exceptionnels, en compagnie de trois complices indéfectibles.

La vie ne vaut d’être vécue, selon moi, qu’avec audace et panache. Ce fut le cas, durant ces quatre derniers jours de périple masculin avec l’exploration des trésors naturels de Pittwater en Catamaran suivi d’un road trip de deux jours au travers du Royal National Park jusqu’à Jervis Bay et retour par la Kangaroo Valley. Les trois mousquetaires version Easy rider!


Jervis Bay est réputée pour avoir les eaux les plus claires et les sables les plus blancs au monde, notamment à Hyams Beach selon le Guinness Book of Records.

Alors que les kilomètres et les virages défilaient sur ma Royal Enfield 500cc vibrante de partout, je me disais que ce voyage de cent jours au bout de monde était l’expérience la plus incroyable qui m’ait été donnée de vivre. A voir les journées s’amonceler dans le baluchon de mon crâne, à ressentir la part de merveilleux que chaque jour recèle, je prends conscience que le secret d’une existence heureuse réside dans l’alliance subtile entre une très belle qualité de vie et ce qu’il convient d’appeler aussi une très riche… quantité de vie!

Le voyage, s’il est pratiqué avec une certaine gourmandise et consumé comme un art de vivre est une mine d’opportunités et réjouissances à ciel ouvert. Une source d’énergie inépuisable ! Chaque journée est aussi vibrionnante qu’une vielle anglaise en surrégime…

A la question que j’ai tant posée par le passé : « Vous rencontrez Dieu pour un entretien à mi-parcours de votre existence et il vous pose cette question, dont la réponse décidera de la suite : entre une vie longue, riche ou intense, laquelle choisissez-vous ? »       
J’ai toujours répondu « intense ».

Aujourd’hui, je lève les yeux vers le ciel sans trop savoir qui remercier, en constatant que mes jours s’égrènent en étant, à la fois, riches et intenses. Cela me laisse quelques inquiétudes sur l’infime chance qu’elle soit également longue.          
Qui vivra verra!

En attendant, je vais me contenter de vivre ma vie en mousquetaire!   

      
« Je ne tiens pas assez à la vie pour craindre la mort. » Alexandre Dumas

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s