Tchin !

Bento Gonçalves – Vale do Vinheros – Brésil

Cette image cristallise quatre choses sans lesquelles je ne serais pas complètement moi-même, quatre activités qui m’accompagnent et colorent ma vie quotidiennement :

– Le tintement du cristal ou du bouchon qui saute, prélude joyeux à un moment de dégustation et d’une inspirante ivresse.

– Un bon cigare, qui derrière ses propos fumeux et ses grandes enflammades, deviendra le complice de mon inspiration, offrant au monde le sincère et le beau qui nous brûlent les tripes.

– Le plaisir de « coincer la bulle », après ma première vie trépidante, la vaine course de nos vies citadines et un monceau de soucis à échafauder des projets sans lendemain. Ne rien faire d’autre que d’accueillir le monde tel qu’il est : une immense chasse au trésor de sensations, de spectacles subtils, de beauté discrète qui se cachent derrière l’apparente brutalité des jours.

– l’Amitié, qui est pour moi une religion, et sans laquelle l’existence perdrait un peu de sa saveur, serait comme un régime sans sel. Ce sentiment qui oscille entre l’espérance déçue et un faisceau lumineux de preuves, pour lequel je me dépense sans compter et qui s’entremêlent à l’amour afin de donner un sens plus épuré à mon existence.

Ayant appris désormais à vivre avec peu de choses, je vous laisse tout le reste, je n’en ai guère usage ou en ai perdu le goût… 

Je vous attends par contre, au quatre coins du monde, pour profiter d’une belle journée pimentée par de vraies conversations, enveloppées de silence fécondes, pour trinquer et deviser derrière le rideau d’un écran de fumée (ma seule manière de m’inspirer avant que, dans un dernier souffle, je finisse par expirer) et pour tisser cette amitié qui, comme un vieux vêtement auquel on ne prête parfois plus assez d’attention, à besoin d’attention. Comme de vieilles loques, les vieilles amitiés ont besoin d’être entretenues, reprisées, aérées et recousues par des preuves nouvelles, afin de chasser l’odeur de renfermé, de poussière, et de parfumer de sincérité ce sentiment oublié par certains au fond du placard de leur vie surmenée.

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s