Fashion weak

La Fashion week vient de s’achever.

Ne reste plus sur le béton ciré des cabines d’essayage que les vêtements froissés de divines disparues.

Dans l’air, encore confus des milles fragrances émanant de ces heures de stress et de strass, je capte ces effluves d’une vibrante féminité, qui perdurent entre le vide et le silence.

Et dire que j’ai failli me prendre les pieds dans ce jupon écarlate et ce bustier ensoleillé de jaune qui traînent sur le sol.

Qui dira le désarroi de ces deux étoffes qui se morfondent de la désinvolture des mannequins mais qui revendiqueront à jamais, comme unique lot de consolation, le privilège d’avoir un jour été magnifiquement portées ?

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s