Que le meilleur gagne

Dans un monde idéal, l’invraisemblable beauté du monde, la prodigieuse observation du vivant, quelques vers quotidien de poésie, une véritable fraternité, le respect de la liberté individuelle, la préservation et le partage intelligent du bien commun, devraient amplement nous suffire à trouver notre place sur terre, à vivre quelques belles années et à œuvrer pour un monde meilleur.

Malheureusement, partout où mes pas me mènent, je vois les hommes s’ingénier à privatiser le monde, à l’enlaidir, à convoiter le bien du voisin, à jalouser, à polluer sans vergogne, à s’égarer dans un matérialisme absurde, à se recroqueviller autour d’intérêts personnels, mâtinés d’un égocentrisme désolant… 

L’être humain est sans doute l’espèce la plus désolante qui existe sur cette merveilleuse planète. Capable de découvertes, de chef-d’œuvre, d’inventions, d’émotions et de tant de belles idées, et en même temps, des pires barbaries, d’une bêtise sans faille et d’une cupidité sans nom. La liste de ses défauts est sans fin. 

Partout où mes roues me guident, je constate les mêmes folies, les mêmes travers. Mondialisation d’un suicide collectif. Nous sommes 8 milliards de pyromanes qui avons décidé de mettre le feu à notre propre maison, en continuant de festoyer – du moins les 20% les plus riches et insouciants – tandis que la charpente ne va plus guère tarder à s’effondrer. 

Mais ce n’est pas important, ce soir la France joue à la Baballe contre (ou avec?!) l’Angleterre, dans des stades climatisés en plein désert. Concentrons nous sur l’essentiel: Netflix, BFM.tv, Noël et ses bons sentiments qui cachent une boulimie hyperconsommatrice, le blabla des politiques payés par de puissants lobbies, et l’illusion que la Terre mère nous pardonnera nos méfaits, nos délits d’insouciance…

Les hypermarchés et galeries commerciales sont devenues partout dans le monde nos nouvelles églises. Les marques mondialisées sont désormais nos nouveaux dieux. Et nos rutilantes cartes Gold, le prolongement symbolique de nous-mêmes et nos nouveaux évangiles. 

Apparaître est définitivement plus important qu’Être. Quant au Faire, il n’a pour la plupart des êtres humains, comme seul aboutissement et sens dans la vie, que l’Avoir…

Guère besoin d’un dérèglement climatique ou de catastrophes en série pour comprendre que la Sixième extinction massive est notre futur à tous, même pour les millions d’autruches sui ne veulent absolument pas le comprendre. L’humanité est déjà lancée, avec une créativité et une efficacité impressionnantes, vers un inéluctable effondrement et la disparition de tout ce qui faisait de l’humanité une espèce admirable. 

Alors, tout à l’heure, assis dans un canapé à plus 4000 mètres d’altitude, depuis mes terres andines, loin de ces considérations de fin du monde, je frétillerai au grand spectacle du Mundial, en m’écriant :

« Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! »

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

2 commentaires sur « Que le meilleur gagne »

    1. Et ce furent les français qui tirèrent les premiers !
      Ne soyons pas trop durs avec le foot
      Il a le mérite d’être universel, de rapprocher les peuples, de faire vibrer les hommes, et de se jouer à partir de rien
      Déjà pas mal, non ?

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s