Enviolons-nous !

Et bien sûr, vous ne prendrez pas le temps de lire ce petit post…

Tant de choses importantes vous attendent.

La course contre la montre est surtout une course contre nous-mêmes.

Et j’imagine tous ces gens empressés, cavalant après leurs rêves, marathoniens de la réussite à tout prix, sprinteurs émérites dans la roue du grand rat de laboratoire, enchaînant les rendez-vous sans lendemain, les réunions improductives, et ne sentant plus les chaînes qu’ils ont eux-mêmes cadenassées après avoir avalé la clé. 

Ne plus voir la beauté, ignorer la poésie, être sourd au vivant, être insensible à notre petite musique intérieure, font de nous des robots, des déjà morts-vivants, des bourreaux de notre propre existence.

Le monde est constitué de millions de sourds et d’aveugles, humains perdus et insensibles, lancés à toute berzingue dans la course folle du métro, bourreau, dodo!

Et dire que cette expérience passagère que l’on appelle l’Existence vaut tellement la peine d’être vécue, si l’on s’en donne la peine. 

Et si l’échec d’une vie se mesurait au poids des regrets tardifs qui finiront par surgir un jour pour réclamer la note! 

Une note de violon…

“Un homme s’est assis dans une station de métro de Washington DC et a commencé à jouer du violon par une froide matinée de janvier ; il a joué six morceaux de Bach pendant environ 45 minutes. Pendant ce temps, comme c’était l’heure de pointe, on estime que 1 100 personnes ont traversé la gare, la plupart se rendant au travail.

Trois minutes se sont écoulées lorsqu’un homme d’âge moyen a remarqué le musicien, a ralenti et s’est arrêté quelques secondes, mais a ensuite continué sa route pour ne pas être en retard.

Une minute plus tard, le violoniste a reçu son premier dollar, une dame a jeté l’argent sans même s’arrêter et a continué son chemin.

Quelques minutes plus tard, quelqu’un s’est arrêté au mur pour l’écouter, mais en regardant l’horloge, il a repris sa marche. Il était clairement en retard pour le travail.

Celui qui a fait le plus attention était un garçon de 3 ans. Maman le tenait par la main, pressée, mais le garçon s’est arrêté pour regarder le violoniste. Finalement, maman l’a sorti avec plus de force et le garçon a continué à marcher, en tournant plusieurs fois la tête pour regarder le violoniste. Cette action a été répétée par plusieurs autres enfants. Tous les parents, sans exception, ont forcé les enfants à continuer.

Pendant les 45 minutes où le musicien a joué, seules 6 personnes se sont arrêtées un moment. Une vingtaine d’entre eux lui ont donné de l’argent mais ont continué à leur rythme normal. Il a pris environ 32 dollars. Quand il a arrêté de jouer et que le silence s’est installé, personne n’a remarqué. Personne n’a applaudi, et il n’y a eu aucun remerciement.

Personne ne savait que ce violoniste était Joshua Bell, l’un des musiciens les plus talentueux au monde. Il a joué certains des morceaux les plus élaborés jamais écrits sur un violon de 3,5 millions de dollars.

Deux jours avant de jouer à cette occasion, Joshua Bell a fait salle pleine dans un théâtre de Boston, où chaque siège coûte en moyenne 100 dollars.

C’est une histoire vraie, Joshua Bell a joué incognito dans une station de métro lors d’un événement organisé par le Washington Post qui faisait partie d’une expérience sociale sur la perception, les goûts et les priorités.

La question était la suivante : dans un lieu ordinaire, à une heure inappropriée, sommes-nous capables de percevoir la beauté ? Nous arrêtons-nous pour apprécier ? Reconnaissons-nous le talent dans un contexte inattendu ?

L’une des conclusions possibles de cette expérience pourrait être la suivante : « Si nous ne prenons pas le temps de nous arrêter pour écouter l’un des meilleurs musiciens du monde jouer de la belle musique, combien d’autres choses manquons-nous ? “

Et si les hommes prenaient aussi des vessies pour des lanternes ?

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

2 commentaires sur « Enviolons-nous ! »

  1. On peut conclure aussi que les vaniteux ne comprennent innocemment, jamais la zikmu. Malins ne regardent que le porte feuille où là célébrité médiatique, mais pour le reste… Des aveugles, sourdingues et muets macaques quoi. Si t’as pas visiblement de pognon, forcément pas de cireurs de pompes. 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s