L’aube du monde

Il n’y a pas que des galères mécaniques dans un tour du monde ou de sombres soucis d’organisation.

Il y a aussi le privilège de savourer quelques petits matins calmes, en parfait recueillement, dans un Lodge presque inaccessible où je me réveille en constatant que je suis l’unique client et que le personnel, disons le garçon en charge de veiller sur cet endroit désert, ne débarque que vers 9h.

Trois heures de solitude bénie en connexion avec une nature prolifique, au milieu d’une répétition d’une centaine d’oiseau qui me tolèrent, tandis qu’ils vocalisent et répètent pour leur prochain concert…

Une vieille table en plastique habillée d’un joli tissu africain posée au bord d’un ponton, et une vue à couper le souffle sur ce lac d’une sérénité absolue.

Cela sera mon bureau de la matinée pour écrire quelques lignes sur mon entrée au Mozambique…

J’ai connu des bureaux moins inspirants !

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s