Arpenter le monde

Les Atlas, ces encyclopédies du relief, pèsent par définition le poids du monde.

Tourner leurs pages revient à soulever des montagnes de rêves inassouvis. Alors qu’arpenter la géographie terrestre avec le compas de nos jambes nous conduit à élever l’âme avec une légèreté de vivre déconcertante. On soulève le monde d’un rire et un regard amical vaut une poignée de main ou une avalanche de mots dans laquelle nous nous abreuvons.

 
J’opte donc pour la seconde solution, éprouver le monde physiquement plutôt que de le refaire sempiternellement dans nos salons bourgeois. Le découvrir avec nos tripes, dans la lenteur imposée d’une journée de déveine, dans la solitude âpre dont chaque pas est une seconde sur l’horloge du monde…

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s