Vivre ou survivre

Voir l’invisible. Se fondre dans le décor. Passer inaperçu dans un monde dangereux et naturellement cruel.

Assurer sa survie et la perpétuation de l’espèce est ce qui réunit tout ce qui est vivant sur Terre, les mammifères, les oiseaux, les insectes, les poissons, les reptiles, les virus, les mollusques, mais aussi l’ensemble du monde végétal, et les plantes ne sont pas les moins intelligentes dans le domaine, et enfin cette espèce particulière, si fragile et vulnérable, mais tellement aveuglée par sa supposée importance, qui s’est arrogée arbitrairement le sommet de la pyramide du vivant: les humains.

Bien sûr, on connaît les stratégies les mieux adaptées pour résister et survivre au mieux dans ce monde qui n’est finalement qu’une immense et éternelle chronique d’une mort annoncée. La Vie sir cette planète, avant d’être de la poésie, une posture philosophique ou un conte de Walt Disney, est avant tout une chaîne infinie et merveilleuse où chacun est proie et prédateur. C’est une vérité universelle qui occupe (ou préoccupe…) les centaines de milliards de “choses” vivantes qui poussent, rampent, galopent, nagent, prolifèrent, s’enterrent, volent ou marchent sur notre si belle planète.

Chaque espèce, chaque entité vivante, en fonction de son évolution, de son environnement, de sa génétique ou de son tempérament a su développer une manière de survivre et de prospérer. La fuite n’est pas la plus noble mais elle est pour nombre d’espèces la méthode la plus efficace, instinctive. Le combat frontal et tous les moyens d’intimidation qui vont avec, consistant à affronter le danger et à tenter de vaincre l’ennemi qui envisage de transformer sa proie en festin potentiel, est monnaie courante dans la nature. Sans doute la stratégie la plus répandue.

La paralysie et l’immobilité consistant à ne plus bouger dans l’espoir que l’orage passe et que le danger se dissipe est une autre façon de survivre, sans doute pas la plus notoire mais la tortue, le Bernard l’hermite, l’escargot ou certains reptiles sont des exemples intéressants.

L’entraide ou l’union, qui fait naturellement la force, sont les plus belles manières de résister au danger mais aussi de parvenir à ses fins ou à sa faim. Les loups, les hyènes et bien d’autres espèces ont démontré l’efficacité du collectif face à l’individuel. Sans doute serions-nous bien inspirés, en ces temps égoïstes et si peu solidaires, de nous en inspirer.

Et puis bien sûr, il y a l’art de la dissimulation, la capacité à se fondre dans le décor, à épouser la couleur et les motifs du lieu dans lequel on évolue.

Dans la série « la minute étonnante » je voulais partager le talent de cet insecte croisé en Namibie. Regardez son art pour la dissimulation, pour que son aspect épouse à la perfection l’écorce de l’arbre qui lui sert d’habitat. J’ignore son nom, il ne s’est pas présenté et était entré en « mode défense » dès que j’ai commencé à jouer les paparazzis. Il faudra que j’en apprenne davantage sur lui. Je trouve qu’il porte sur le dos, comme motif de sa carapace, ce qui ressemble étrangement à un masque africain. Ici, même pour les armures, on s’habille local !

Je suis resté subjugué de longues minutes par cet être qui, comme moi, essaie de protéger les siens et de survivre une journée de plus sur ce caillou bleu faisant sa révolution dans l’espace. Son exemple continue de m’habiter et d’inspirer le voyageur que je suis. Pour des centaines de millions d’êtres humains, le monde est une jungle impitoyable dans laquelle il faut lutter sans relâche pour se faire une place, voire essayer de survivre au quotidien. Dans la plupart des pays riches et confortables, nous avons tellement déshumanisé, artificialisé, virtualisé et dénaturé nos existences que nous avons fini par prendre des vessies pour des lanternes, par croire à la réalité de nos divertissements, à ne plus voir le monde tel qu’il est mais à s’enivrer des ombres que les flammes projettent sur les parois de nos cavernes modernes, que sont les écrans de nos appartements. 

Mais au dehors, la vie est un drame et un mensonge. Chacun s’en arrange comme il peut durant son existence. En fuyant, en se battant, en se terrant derrière des fausses raisons, en n’osant jamais rien, tétanisé par la peur de maintes choses, en s’entraidant et en comptant sur les autres, pour survivre ou donner un sens à sa vie, et enfin en se dissimulant comme le fait cet insecte fascinant, mon précepteur du jour. 

Cette dernière stratégie est le terreau du mensonge que j’évoquais plus haut. On se déguise, on se maquille, on se cache derrière une carte de visite ou un masque à la mode, on se fait une réputation et on accroche à son veston une légion d’honneur. Mais on n’est guère plus qu’un insecte grisâtre tentant d’escalader toute sa vie, avec un masque africain dans le dos, l’écorce accidentée de l’arbre de la vie.

Je finirai cette chronique sur une phrase d’Anton Tchekhov, dans Ivanov, qui résume bien ma pensée.

« Ce que c’est que la vie… La vie humaine est comme une fleur épanouie dans les champs, survient un bouc qui la happe – plus de fleur… »

Ce à quoi Cioran nous rappelle, avec son fulgurant sens de la formule et cette âme slave dont est empreinte cette chronique que :

« La vie est un enfer, dont chaque instant est un miracle. »

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

3 commentaires sur « Vivre ou survivre »

  1. Serais – tu de plus en plus pessimiste? Il n’y a pas que de belles choses sur cette terre, il y a aussi quelques belles personnes, pas en majorité sans doute mais suffisamment pour croire en l’humain. 💚

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis fondamentalement pessimiste pour l’humanité après tout ce que je vois, mais résolument optimiste en ce qui me concerne. Je viens de parler une heure avec Jean-Marc en Vidéo, avec un grand bonheur. Nous avons parlé voyage évidemment avec le fabuleux départ qu’ils s’apprêtent à faire prochainement. Pas impossible qu’on de croise en Argentine… Amistad siempre;-)

      J’aime

Répondre à Parnier+Ghislaine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s