Le continent exacerbé

Incroyable Afrique, si déroutante et décevante, par moments, et soudain si joyeuse et surprenante.

Peu de nuances sur ce continent où tout se conjugue au présent plus qu’imparfait! 

Un nouveau temps, une nouvelle grammaire, ignorant les nuances de gris pour syncoper un monde en noir et blanc. 

Les couleurs y sont plus vives qu’ailleurs, les rythmes plus endiablés, les rires plus francs et insouciants. Chaque jour est un trésor, une inspiration, une occasion d’apprendre à être plus humain et plus humble! 

J’ai compris finalement pourquoi j’aime l’Afrique et les peuples qui la compose de manière si bigarrée. Il faut un peu de temps pour cela. C’est parce que nous sommes semblables et que nous nous ressemblons.

Je me suis délesté de tout ce qui encombre une vie humaine. Je ne possède plus rien après avoir pourtant tant possédé. J’ai renoncé au verbe avoir.

Les africains en sont en définitive au même point. Pas par choix ou philosophie mais par destin et nécessité. Ils ne possèdent pas grand-chose, même s’ils aimeraient disposer de bien d’autres choses. Ils n’ont rien car on leur a refusé, on les a spoliés depuis si longtemps, on les maintient dans un état de dépossession permanent, de pauvreté savamment organisée. Alors, n’ayant rien, ils compensent en… étant.

Ils sont ! Ils ont fait du verbe « être » leur empire et leur trésor! Ils sont inventifs, spontanés, accueillants, insouciants, si joliment humains, terriblement vivants…

L’Afrique est une terre d’êtres humains tandis que l’Occident, obnubilé par ses rêves de propriété et son aversion au risque, est devenu un monde d’objets, d’avoirs humains, de patrimoine mesurable et sécurisé!

Quand les européens ou les américains se déterminent par ce qu’ils possèdent, arborant une pensée qui pourrait se résumer à « J’ai, donc je suis », l’africain ne possédant que l’essentiel ou le vital arbore un magnifique « Je vis, donc je suis! ».

L’Afrique australe me tend les bras mais j’espère ne pas perdre, ne pas oublier cette chaleur humaine, cette simplicité dans les rapports humains.

Ici, au Sénégal, les plus beaux paysages sont les cœurs et les sourires!

Finalement, je me demande si la philosophie africaine ne pourrait pas se résumer par: « Je suis, donc je vis ! »…

A suivre…

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

3 commentaires sur « Le continent exacerbé »

  1. Merci infiniment Monsieur, de décrire l’Afrique avec autant d’élégance, d’enthousiasme, d’humilité, de respect, bref avec beaucoup d’humanité. Je ne vous connais pas, tombée par hasard sur cela, j’en ai été émue. Oui seuls les grands cœurs et les belles âmes, la perçoivent avec autant de délicatesse, de poésie et de beauté. Vous avez fait un juste portrait du Sénégal qui à quelques détails près, s’appliquerait à tout le continent. Monsieur Pie, merci infiniment. Rosalie

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s