Mood Worldtrip

Je passe la journée à mettre un peu mes affaires en ordre après ces six jours de road trip merveilleux à en prendre plein les yeux et le cœur. Cette vie itinérante est à la fois fabuleuse, excitante car chaque jour amène son lot d’imprévus, de nouveauté et de rencontres. Mais elle est aussi exigeante car impossible de se reposer sur des petites habitudes, des codes connus et inconsciemment intégrés. Chaque jour c’est une nouvelle pièce de théâtre qu’il faut écrire, apprendre et jouer! On ne peut pas se reposer sur une confortable tournée, jouer le même spectacle chaque jour comme on le fait d’ordinaire dans une vie établie… J’ai tout envoyé valdinguer et me retrouve sur les chemins du monde avec une bonne dose d’incertitude, 15 kg comme unique possession et une carte de crédit en guise de soucoupe volante… Cela amène à une improvisation permanente et implique un sens de l’anticipation si on veut éviter les galères ou de se laisser trimbaler comme un fétu de paille balloté par les flots. Il va donc falloir que je passe quelques heures aujourd’hui à gérer mes comptes, à régler quelques comptes à des gens en France et en Belgique qui me doivent de l’argent et qui ont tendance à avoir des oursins dans les poches dès lors qu’il faut qu’ils me remboursent ce qu’ils me doivent, car cela pourrait menacer l’équilibre financier de ma nouvelle vie et ainsi remettre en cause ce tour du monde de la glandouille… donc il va falloir que j’astique mes guns!

Ce qui est sûr, c’est que ce tour du monde au long cours fait rêver les gens et déclenche de l’enthousiasme et de la sympathie…


Mais c’est loin d’être aussi facile et évident à vivre que de déclamer avec facilité et un peu de fanfaronnade, dans un dîner mondain parisien, que je vais faire le tour du monde… c’est comme tout dans la vie, il y a ceux qui parlent et il y a ceux qui font! Il y a ceux qui rêvent leur vie et ceux, beaucoup plus rares et un peu fous, qui font de leur vie, un rêve… je ne prétends pas en faire partie mais il y a une certaine ambition dans ma démarche et je suis heureux d’avoir été toute ma vie un homme on ne peut plus libre et autonome. Je ne dois rien à personne. Certaines personnes me doivent beaucoup en revanche, mais il faut être là dans l’existence quand on peut aider les autres et leur changer positivement la vie. 

C’est un devoir moral et une exigence, une éthique très personnelle…j’essaie juste d’être un type bien, et c’est un travail de tous les jours surtout avec le drôle d’oiseau que je dois être…

Publié par

Entrepreneur, écrivain et globe-trotter. L'homme le plus léger, le plus libre et le plus heureux du monde;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s